Coronavirus: quelles conséquences pour les Suisses de l’étranger?

Par Emilie Ridard le 27 janvier 2021

SWI swissinfo.ch

Pour les expatriés suisses, l’éloignement physique et social peut parfois être un poids. Et la pandémie de coronavirus a encore accentué cette sensation. C’est la raison pour laquelle SWI swissinfo.ch a organisé lundi 25 janvier, pour la première fois en français, une visio-conférence pour les expatriés suisses sur le thème: «Coronavirus, quelles conséquences pour les Suisses de l’étranger?».

Tous ceux qui vivent au pays le savent: les mesures sanitaires prises pour lutter contre le coronavirus ont provoqué un éloignement physique et social entre amis, familles, collègues. Pour les Suisses de l’étranger, cette sensation s’est trouvée décuplée. «Comment est-ce possible d’avoir l’impression qu’un océan nous sépare alors que je suis à une heure d’avion de la Suisse?», nous a ainsi dit l’une des participantes.

Outre les maux de l’âme, la pandémie a des conséquences très concrètes sur la vie de nombreux Suisses de l’étranger, en particulier ceux qui possèdent leur propre entreprise. Et ces derniers temps, une autre question taraude également la communauté des expatriés: celle de la vaccination contre la Covid-19.

Des réponses concrètes à des questions concrètes

Accompagné de Laurent Perriard, directeur suppléant de la direction consulaire au département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) et en charge des Suisses de l’étranger, SWI swissinfo a permis aux expatriés qui s’étaient inscrits de participer à une discussion virtuelle.

Aux participants «venus» entre autres de France, du Mexique, du Canada, du Sri Lanka et de Belgique, Laurent Perriard a délivré des informations concrètes. Il a par exemple rappelé que, selon l’article 24 de la Constitution, le droit d’entrée sur le territoire est garanti à tout.e citoyen.ne suisse. Quant aux enfants et conjoint.e.s, ils sont normalement également admis, sous certaines conditions. Afin de savoir quelles attestations fournir aux autorités, Laurent Perriard a invité les Suisses concerné.e.s à se renseigner auprès de leur représentation consulaire compétente.

Pas de vaccination dans les représentations diplomatiques

Sur la question très actuelle de la vaccination, le diplomate a rappelé que le principe de territorialité prévaut. Cela signifie que les Suisses de l’étranger doivent en priorité se faire vacciner dans leur pays de résidence.

Pour des raisons logistiques, les vaccins autorisés par la Suisse ne peuvent pas être acheminés jusqu’aux ambassades ou consulats, leur mode de conservation étant trop compliqué. Il ne sera donc pas possible de se faire vacciner dans sa représentation diplomatique. Cela vaut également pour le personnel consulaire.

En revanche, toute personne possédant une assurance maladie en Suisse pourra venir se faire vacciner sur le sol suisse. Laurent Perriard conseille aux expatriés qui n’en bénéficient plus de se renseigner auprès du centre cantonal de leur dernier domicile pour savoir ce qu’il est possible de faire.

Soutien financier

Souvent, expatriation rime avec indépendance professionnelle. Or la pandémie a particulièrement touché les indépendants, qui, en quelques mois et en fonction de leur domaine d’activité, ont tout perdu ou presque.

Lors de la visio-conférence de lundi, Laurent Perriard a rappelé que les personnes en difficulté financière doivent en premier lieu se tourner vers leurs proches et/ou vers leur État de résidence pour obtenir une aide subsidiaire. Si ni l’une ni l’autre de ces solutions n’est envisageable ou n’est en place dans leur pays d’adoption, les Suisses de l’étranger peuvent s’adresser à leur représentation consulaire compétente. C’est elle qui déterminera si les personnes concernées peuvent ou non percevoir l’aide sociale.

En outre, il existe des fonds d’aide proposés notamment par l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) et des sociétés d’entraide dans plusieurs pays.

Lorsque toutes les ressources sont épuisées, l’expert recommande un retour définitif au pays, où les assistances sont plus nombreuses. Pour ce faire, le DFAE propose une aide au retour durable ainsi qu’un guide pratique.

À qui s’adresser?

Sur le site internet du DFAE, une rubrique spécialement dédiée aux Suisses de l’étranger fournit de nombreuses réponses aux questions les plus fréquentes.

Aux Suisses de l’étranger qui n’y trouveraient pas ce qu’ils cherchent, Laurent Perriard conseille de s’adresser d’abord à leur représentation consulaire compétente. Ils peuvent ensuite contacter le DFAE, soit par e-mail, soit par téléphone. «Notre pays est compliqué. De nombreux acteurs sont en jeu dans la situation actuelle, reconnaît le diplomate. Lorsque vous avez des questions, ne les regroupez pas dans un seul message. Posez-les séparément, en fonction du sujet. Ainsi nous pourrons les transférer à l’office compétent.»

Source : Swissinfo.ch