Evénements

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 7 novembre 2016 à Paris

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

Les PME affaiblies par les mauvais payeurs

Les mauvaises habitudes de paiement des Suisses pèsent sur les PME. Selon les résultats d’une étude menée par Intrum Justitia, une entreprise sur dix pourrait créer davantage de postes de travail si ses clients réglaient leurs factures dans les délais impartis…

Menée à l’échelle internationale, la recherche a été réalisée entre février et avril 2016 auprès de quelque 10 000 sociétés sises dans 29 pays européens (dont la Suisse). Elle montre notamment que même s’ils bénéficient de délais de paiement en moyenne plus longs que leurs voisins européens, les Helvètes n’en paient pas moins leurs factures plus tard.

Alors qu’en moyenne européenne, les particuliers ont vingt jours pour s’acquitter d’une facture, les Suisses disposent de sept jours de plus. Il leur faut pourtant près de 31 jours pour effectuer leurs versements, contre 21 pour les Européens.

Toujours en comparaison européenne, les entreprises suisses sont de meilleures payeuses que les particuliers : elles règlent leurs factures 37 jours après les avoirs reçues, contre 36 pour leurs homologues étrangers. A l’inverse, les pouvoirs publics helvétiques mettent en moyenne neuf jours de plus (45) pour effacer leur ardoise.

Interrogées sur les motifs expliquant le retard de paiement de leur clientèle, 77% des entreprises suisses ont répondu les difficultés financières, contre 64% des retards volontaires et 55% des défis administratifs. Un patron de PME sur cinq redoute en outre que la morale de paiement se péjore dans le pays ces douze prochains mois.

Dans ce contexte, de plus en plus de sociétés suisses cherchent à se protéger contre les retards et défauts de paiement. En 2016, elles étaient 69% à exiger des règlements par avance (contre 59% en 2015), 60% à pratiquer un examen de solvabilité (contre 59%) et 30% à avoir recours au recouvrement (contre 17%).

Auteur : SECO – Portail PME

Date de publication : 15/06/2016

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re