Evénements

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

Le commerce en ligne poursuit son expansion en Suisse

En Suisse, les achats effectués via internet ont crû de 13% sur un an. Les voyages, les transports mais aussi la mode sont les secteurs les plus prisés par les clients…

Alors que les passants étaient peu nombreux à se promener sous une pluie froide mercredi matin dans les ruelles du centre de Baden, l’effervescence régnait dans les couloirs du centre des congrès qui accueillait la Swiss e-commerce conference. Organisée par Netcomm Suisse, cette grande messe du commerce électronique a réuni quelque 900 participants dans la ville argovienne.

Les taux de croissance à deux chiffres souvent évoqués dans le deuxième rapport sur le comportement des consommateurs en Suisse ont de quoi faire rêver dans la branche du commerce de détail plombé par le franc fort. Selon l’enquête 2015, les Suisses ont dépensé en moyenne 1 946 francs pour des achats en ligne cette année, dont les trois quarts pour des services. Seuls les Britanniques, avec l’équivalent de 1 962 euros, ont dépensé davantage en ligne, alors que les Allemands, avec 1 299 euros, se placent en troisième position. En hausse de 13% sur un an, les achats en ligne ont représenté une valeur globale de 9,1 milliards de francs, indique le rapport réalisé par Netcomm Suisse et la société de conseil ContactLab. En tout, le rapport estime que 4,7 millions de Suisses effectuent des achats sur internet, soit une hausse de 12% sur un an.

Les principales dépenses en ligne se rapportent au secteur des voyages (1 241 francs en moyenne par internaute), suivi par les transports (886 francs), l’électronique (538 francs), puis l’habillement et les articles de mode (535 francs). En dépit de la force du franc, seuls 35% des achats réalisés en ligne par les Suisses sont effectués à l’étranger. En Allemagne d’abord avec 58%, suivi par la France (23%) et les Etats-Unis (22%) et la Chine (16%).

Complémentarité des canaux de distribution

Les commerces traditionnels doivent-ils s’inquiéter de cet essor ? Les experts présents mercredi à Baden nuancent. Plus de quatre internautes suisses sur dix préfèrent acheter chez des commerçants qui disposent aussi de points de vente physiques (« offline », dans le jargon), indique l’étude. « Quand les clients ont déjà confiance dans une marque existante, ils vont aussi acheter plus facilement sur le site de la société », observe Stefano Lena, responsable du marketing chez ContactLab.

Le commerce en ligne ne s’inscrit du reste pas toujours en opposition avec une présence réelle. A titre d’exemple, le site d’achats en ligne Siroop, créé par Coop et Swisscom, vient de débuter mardi ses activités en phase pilote avec des commerces de la région bernoise. Aussi basé à Berne, le site Bestswiss.ch mise sur une approche similaire en promouvant la vente de produits typiquement suisses avec des partenaires de différentes régions.

Réseaux sociaux encore en marge

Le courriel reste de loin le premier moyen de communication avec les acheteurs en ligne, utilisé par près de la totalité d’entre eux. Si 87% des acheteurs en ligne indiquent être actifs sur les réseaux sociaux, comme Facebook, ceux-ci sont d’abord considérés comme un moyen complémentaire pour contacter la clientèle. « Nous utilisons les réseaux sociaux comme un pur moyen de communication avec les clients, non pas comme un canal de distribution. Nous cherchons à trouver des sources d’inspiration auprès des clients », a expliqué Luca Graf, directeur pour la vente en ligne chez Swiss International Airlines lors d’une table-ronde.

Selon Dominik Rief, responsable pour l’Autriche et la Suisse du site de vente d’articles de mode Zalando, l’application, ou « app », reste le canal d’interaction essentiel avec les clients. A terme, il n’exclut toutefois pas que les réseaux sociaux jouent un rôle plus important. « Pour les clients, l’essentiel est d’obtenir le bon produit, peu importe le canal de distribution », constate-t-il.

Auteur : Le Temps

Date de publication : 25/11/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re