Evénements

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

2014 : les inquiétudes des Suisses

Les inquiétudes de la population sont plus nombreuses que naguère, mais le chômage conserve sa première position, suivi par la question des étrangers…

Quelles sont les principales préoccupations des Suisses ? Et qu'en est-il de la confiance qu'ils accordent aux acteurs de la politique, de l'économie et de la société ? Ces questions, le Crédit Suisse les pose depuis maintenant 38 ans dans son enquête annuelle réalisée pour le «Baromètre des préoccupations» et le «Baromètre de l'identité». Mandaté par la banque, l'institut de recherche gfs.bern a demandé entre le 28 juillet et le 16 août 2014 à 1010 personnes disposant du droit de vote et issues de toute la Suisse de dire notamment quelles étaient leurs principales inquiétudes. Les participants pouvaient choisir, sur une liste de 34 préoccupations, les cinq qu'ils jugeaient majeures.

Pour 51% des Suisses, le chômage fait partie des cinq problèmes les plus importants du pays; depuis 2003, il constitue la principale préoccupation des Suisses (par rapport à l'année précédente : +7 points de pourcentage [pp]). On peut se demander s'il s'agit de l'expression d'une solidarité nationale, car la sécurité de son propre emploi ne joue pas un rôle prépondérant. Seuls 7% des Suisses craignent de perdre leur emploi au cours de l'année suivante, et seuls 14% qualifient leur emploi de «plutôt incertain» ou «pas du tout sûr».

Corrélation avec le taux de chômage

Or cette préoccupation est également fondée : sur le long terme, on observe qu'il existe une forte corrélation entre le taux de chômage effectif et la perception du chômage en tant que préoccupation. Bien que le taux de chômage soit élevé avec 3%, on est encore loin des records de 1993 (89% – chômage 4,5%) ou 2010 (76% – 3,9%) malgré une augmentation de la valeur minimale de l'an dernier.

La proportion d'étrangers attise les peurs

La deuxième place, avec 40% cette fois, est occupée par la question des étrangers, les préoccupations ayant continué à croître avec l'initiative populaire « Contre l'immigration de masse » (+3 pp). Comme pour le chômage, on observe une corrélation avec la réalité : si le pourcentage d'étrangers est élevé (actuellement environ 23,8%, voire 33,2% chez les 20-39 ans), davantage de personnes mentionnent ce thème dans leurs préoccupations.

Droit d'asile : stagnation à un niveau élevé

Les demandeurs d'asile, en quatrième position, constituent une catégorie particulière d'étrangers. Comme précédemment, ils sont considérés comme un problème par 26% de la population (-2 pp). Ce chiffre est certes élevé, mais incomparable avec les valeurs maximales de 2004 (45%). Ici encore, ce chiffre augmente et diminue selon le nombre réel de demandeurs d'asile en Suisse.

L'AVS et la santé en bonne position

A la troisième place, on retrouve l'AVS, autre préoccupation récurrente. 37% des Suisses sont préoccupés par la prévoyance vieillesse. Beaucoup de personnes interrogées s'inquiètent probablement de savoir si leur rente est bien assurée. En Suisse alémanique, la prise de conscience de ce problème est un peu plus élevée qu'en Suisse romande; elle est bien plus importante chez les plus de 70 ans (55%) que chez les moins de 30 ans (33%).

Placée à la cinquième position, la santé n'est considérée comme une préoccupation que par 23% de la population (+2 pp). La situation était tout autre en 2001 avec un record de 64%, mais la lutte réussie contre l'augmentation des primes d'assurance maladie pourrait avoir joué un rôle dans cette diminution. Il sera intéressant d'observer comment cette valeur évoluera l'an prochain, lorsque les primes auront de nouveau augmenté.

Les craintes liées à la sécurité diminuent

Derrière les relations avec l'Union européenne (20%), six phénomènes constituent des préoccupations pour près d'un Suisse sur six (17% ou 16%). Outre la dépendance aux drogues et à l'alcool et le cours de l'euro, deux thèmes ont enregistré une baisse continue: la sécurité individuelle et la sécurité sociale. A l'inverse, depuis 2009, la protection de l'environnement et les questions énergétiques ont pris de l'importance, même si actuellement ces deux sujets reculent légèrement.

Suisse romande contre Suisse alémanique

Si l'on compare les groupes linguistiques, de nettes différences apparaissent dans quatre domaines : en Suisse romande, le chômage et les étrangers sont beaucoup plus considérés comme un problème qu'en Suisse alémanique, où les préoccupations sont axées sur les questions de politique énergétique et la prévoyance vieillesse. Les différences spécifiques aux sexes sont minimes dans la plupart des domaines, mais on peut dire que les femmes sont particulièrement préoccupées par la prévoyance vieillesse et la santé. Si l'on considère les différences villes-campagnes, on observe que la population rurale est davantage préoccupée par le chômage, la question de l'asile et la crise de l'euro que celle des agglomérations et des grandes villes.

Une conscience des problèmes plutôt homogène

Finalement, les différences entre les groupes sont rarement plus grandes que la marge d'erreur statistique. Il existe donc en Suisse une prise de conscience assez homogène des problèmes, et celle-ci est souvent liée aux faits réels. Ces connaissances constituent une bonne base pour des débats politiques.

Auteur : Crédit Suisse

Date de publication : 02/12/2014

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re