Evénements

  • Conférence Lamine Brahimi sur digitalisation

    INVITATION *La Chambre de Commerce Suisse en Francea le plaisir de vous convier à une conférence sur le thème : Digitalisation : quels impacts...

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

La Chambre de commerce lyonnaise salue l'offre de Cointrin

L'offensive genevoise est bien accueillie par le plus grand actionnaire des Aéroports de Lyon après l'Etat français...

Comment allaient réagir les Français à l'annonce par Genève Aéroport de son intention d'entrer dans le capital des Aéroports lyonnais (ADL) révélée par la Tribune de Genève vendredi ?

Plutôt positivement. Deuxième actionnaire après l'Etat, la Chambre de commerce de Lyon (CCL), qui n'a pas souhaité expliciter davantage hier sa position, indique par le biais communiqué : « La CCL considère que l'initiative genevoise présente un grand intérêt pour le développement de la plate-forme aéroportuaire lyonnaise. » Elle ajoute que ce partenariat « pourrait ouvrir des perspectives ambitieuses en s'appuyant sur des espaces économiques connectés et des potentiels de développements complémentaires ».

Le président de la CCI, Emmanuel Imberton, enfonce le clou : « Nous sommes convaincus que l'ouverture du capital des ADL constitue une opportunité majeure pour accélérer le développement des plates-formes et accroître ainsi l'offre de nouvelles liaisons attendues par toutes les entreprises du bassin métropolitain lyonnais et de la région Rhône-Alpes. »

L'appréciation plutôt zen de la CCI est peut-être liée au pilote du véhicule d'investisseurs auquel l'Aéroport international entend se joindre : le groupe Nataxis, « deuxième acteur bancaire en France, solidement implanté dans les régions et auprès des collectivités locales », précisait Genève Aéroport vendredi. A noter que l'aéroport genevois aurait probablement pu décider d'une autre approche : entrer seul dans le capital des ADL en négociant directement avec l'Etat français

Plusieurs questions restent naturellement à traiter, expliquait dans nos colonnes Pierre Maudet, patron du Département de la sécurité et de l'économie, responsable de l'aéroport : « Il nous faut maintenant faire un audit de la valeur des ADL, participer à l'appel d'offres et le remporter. Nous ne savons encore si nous choisirons d'entrer dans le capital, ni à quelle hauteur. » Des observateurs estiment toutefois probable une participation équivalant à quelques dizaines de millions de francs.

L'affaire est décidément à suivre. On ne manquera pas par exemple de s'intéresser à l'impact à long terme d'une éventuelle prise de participation. Par exemple sur Cointrin lui-même. Serait-elle de nature à inciter la France à laisser l'aéroport genevois s'étendre sur France pour construire une deuxième piste, comme le réclamait Xavier Comtesse, responsable d'Avenir Suisse en 2008 ? Jusqu'ici, l'Etat français, propriétaire d'Air France, n'y voyait pas d'intérêt. Mais demain ?

Auteur : Tribune de Genève

Date de publication : 23/06/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re