Evénements

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 7 novembre 2016 à Paris

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

La recherche… un trésor à choyer

La Suisse est championne en matière d’innovation. Au cours des quinze dernières années, la région lémanique a connu un développement dans tous les secteurs de pointe, comme jamais auparavant. Les idées, les projets et les réussites grouillent de partout : techniques médicales, biotechnologies, diagnostics, industrie de précision…

Mais cela ne tombe pas des nues. La qualité des hautes écoles, souvent partenaires avec l’industrie dans la recherche, tout comme le vivier de spécialistes sont les principales explications de ce succès. Nous avons intérêt à tout mettre en œuvre pour que cela continue.

Pour ce faire, les échanges entre chercheurs ainsi que les coopérations internationales sont indispensables. L’innovation et la science ne peuvent progresser que dans un espace ouvert, où les interactions sont facilitées. A ce titre, l’accord bilatéral sur la recherche passé entre la Suisse et l’Union européenne (UE) est un joyau. Il permettait à la Suisse d’être pleinement associée aux programmes de recherche. Rappelons qu’un milliard de francs va être investi dans la recherche sur le cerveau avec le Human Brain Project (HBP) de l’EPFL.

Depuis l’acceptation de l’initiative « contre l’immigration de masse », notre participation aux programmes européens a toutefois été suspendue (heureusement pas celle au HBP), ce qui empêche les chercheurs suisses de déposer de nouveaux projets. Cette situation est gênante, et inquiétante, mais elle ne nous pénalisera pas trop si elle reste temporaire. Nos autorités doivent à ce titre tout mettre en œuvre pour préserver notre place dans l’élite mondiale. A défaut, les programmes de recherche se feront ailleurs, dans les grandes universités allemandes, françaises ou britanniques. Et de nombreux développements industriels nous échapperont.

Evitons les excès de bureaucratie !

Au Conseil fédéral de jouer. Les besoins scientifiques – et en scientifiques - ne peuvent s’accommoder de contingents de main-d’œuvre : les hautes écoles, comme les entreprises d’ailleurs, doivent pouvoir engager « la bonne personne » dès qu’elles en ont besoin. Sans paperasse, ni délais. Google n’a pas installé un centre de recherche à Zurich par hasard ! Sans l’EPFZ toute proche, le géant américain aurait sans l’ombre d’un doute choisi une autre ville européenne.

L’initiative du 9 février, qui précise qu’il faut tenir compte des besoins de l’économie, a besoin d’être clarifiée au plus vite. Un nouveau vote s’annonce comme quasi inévitable. On pourra alors mettre dans la balance ce que nous apportent les Bilatérales et ce qu’elles nous coûtent. En matière de recherche, il suffit de regarder le dynamisme de notre région pour en tirer les conclusions.

Auteur : Claudine Amstein, directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI)

Date de publication : 22/07/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re