Evénements

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 7 novembre 2016 à Paris

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

La conquête des étoiles s’effectue aussi avec de la technologie de pointe suisse

L'atterrissage de la sonde spatiale Philae sur la comète Churyumov-Gerasimenko a fait la une des journaux dans le monde entier. De nombreuses entreprises du groupe Swiss Space Industries ont participé à ce projet…

… L'agence spatiale européenne (ASE) et les médias du monde entier ont informé sur le rendez-vous du satellite Rosetta avec la comète Churyumov-Gerasimenko et l'atterrissage de la sonde Philae sur la surface de la comète.

Des entreprises de l'industrie MEM suisse ont également contribué à ce moment fort dans l'histoire de la conquête spatiale. La majeure partie des entreprises est réunie dans le groupe Swissmem Swiss Space Industries Group (SSIG).

APCO Technologies par exemple est présente à Kourou avec son savoir et de nombreux collaborateurs du site à Aigle (VD). En Guyane, l'entreprise suisse s'occupe de l'entretien et de l'exploitation du complexe de lancement et du complexe de préparation des charges utiles (EPCU) dans lequel les satellites sont préparés pour être installés dans la fusée Ariane 5.

Les installations électriques au sol profitent du savoir-faire de l'entreprise bâloise Clemessay qui, avec des simulations, soumet les systèmes à des contraintes comparables à celles d'un long voyage dans l'espace.

La société RUAG Space a développé un « sac de couchage » servant à protéger la sonde contre le froid et les impacts de petits météorites tout au long de son vol vers la comète. Il est constitué de plus de 20 couches d'un film plastique protecteur à revêtement métallique, isolant aussi bien qu'un mur de briques d'une épaisseur de 10 mètres. Le 20 janvier 2014, l'ordinateur central, fabriqué également par RUAG Space, a activé la sonde.

La structure de l'antenne à haute fréquence et son mécanisme de pointage (RUAG Space / HTS), l'instrument ROSINA avec ses deux spectromètres de masse RTOF (APCO Technologies, Aigle) et DFMS (RUAG Space, Zurich) ou les circuits imprimés électroniques de l'instrument COPS (Montena EMC, SA, Rossens) représentent le savoir-faire exceptionnel suisse présent à bord de la sonde spatiale européenne.

La tâche scientifique de l'« instrument de reniflement » suisse ROSINA (Rosetta Orbiter Sensor for Ion and Neutral Analysis) consiste à analyser la composition chimique des particules dégagées par le noyau de la comète, la température de sa gaine protectrice et de sa ionosphère. L'institut de physique de l'université de Berne (ub) était responsable de son développement, du design, de la coordination, de la gestion et des tests. D'ailleurs, les tests intensifs de haute tension, de précision et de design sur l'instrument DFMS (Double Focusing Mass Spectrometer) ont été effectués par l'EPF à Zurich, la HSR à Rapperswil et la BFH à Bienne.

Même la navette d'atterrissage Philae est équipée de sept caméras de production franco-suisse (CSEM Neuchâtel) qui ont transmis le 12 novembre des images panoramiques fantastiques après l'atterrissage. Ces instruments CIVA (Comet nucleus Infrared and Visible Analyzer) montrent des photographies stéréoscopiques de l'endroit d'atterrissage d'une résolution au millimètre de l'environnement immédiat de Philae. Le système optique de la caméra à image panoramique et stéréo de Philae a été ajusté par l'entreprise St-Galloise Fisba Optik AG. La navette d'atterrissage est aussi équipée de deux moteurs du type RE 13 de chez Maxon Motor AG.

Auteur : Swissmem

Date de publication : 24/11/2014

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re