Evénements

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 7 novembre 2016 à Paris

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

COP21 : la Suisse prône l’union qui fait la force

Doris Leuthard, ministre des transports et de l’environnement, espère un accord COP21 contraignant et vérifiable tous les cinq ans…

L’effet du réchauffement climatique provoqué par la consommation d’hydrocarbures s’accélère à partir des années 1980. Les glaces de l’Antarctique et des glaciers alpins fondent. Le niveau des océans s’est élevé de 19 centimètres en un siècle. Cyclones et inondations menacent fortement des pays comme la Thaïlande ou les îles Bahamas.

Une récente étude de Standard & Poor’s montre que la nouvelle intensité des catastrophes naturelles freine la croissance économique de nombreux pays asiatiques et d’archipels du Pacifique. Les dégâts dus aux tempêtes aux Etats-Unis en Nouvelle-Zélande ou au Japon pourraient doubler à l’avenir.

Quelles mesures, globales et contraignantes cette fois, après Kyoto en 1997, peuvent-elles être prises par la communauté internationale pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici l’année 2100? 195 pays seront réunis à Paris dès lundi dans le cadre de la conférence COP21 pour trouver des solutions afin d’éviter à tout prix, en cas d’inaction, un réchauffement de 3,5 degrés.

La Suisse envoie à Paris une délégation d’une vingtaine de personnes conduite par Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération et Doris Leuthard, ministre des transports et de l’environnement. « Je suis confiante. Une percée se réalisera, même s’il faudra pour cela prolonger la conférence de quelques jours », affirme Doris Leuthard.

La Suisse émet 0,1% des émissions mondiales des gaz à effet de serre et a pris l’engagement de réduire de 50% ses émissions d’ici 2030 comparé à 1990. La baisse est actuellement de 1% malgré une augmentation de 21% de la population. Les organisations économiques approuvent ces objectifs qui sont par contre jugés beaucoup trop modestes par les organisations de protection de l’environnement.

Quelque 170 pays ont déjà annoncé des objectifs de réduction des émissions qui limiteraient la hausse de température à 2,7 degrés. Les pays en forte croissance, comme la Chine et l’Inde ont fixé une réduction relative liée à leur croissance économique (-60% pour la Chine, -33% pour l’Inde entre 2005 et 2030). La Chine rejette cinq fois plus de CO2 que l’Inde et deux fois plus que les Etats-Unis, qui proposent une réduction réelle de 26% entre 2005 et 2025.

La Suisse refusera la proposition du groupe emmené par la Chine qui vise à établir deux catégories de pays pour fixer les objectifs et le financement solidaire. Elle va défendre un système de contrôle, tous les cinq ans, des engagements pris, et s’opposera à un fonds d’indemnisation en cas de catastrophe.

Auteur : Le Temps

Date de publication : 26/11/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re