Evénements

  • Conférence Lamine Brahimi sur digitalisation

    INVITATION *La Chambre de Commerce Suisse en Francea le plaisir de vous convier à une conférence sur le thème : Digitalisation : quels impacts...

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

Les heures travaillées ont augmenté en Suisse en 2015

Le nombre total d'heures travaillées dans le cadre professionnel en Suisse a atteint 7,889 milliards d'heures en 2015, soit une augmentation de 2,3% par rapport à l'année précédente…

Entre 2011 et 2015, la durée hebdomadaire effective du travail des salariés à plein temps s'est très légèrement réduite pour s'établir à 41 heures et 17 minutes, alors que le nombre annuel de semaines de vacances a poursuivi sa progression régulière pour se chiffrer à 5,15 semaines, indique l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Selon la statistique du volume du travail (SVOLTA), le nombre d’heures travaillées par l’ensemble des actifs occupés en Suisse a progressé de 2,3% par rapport à l’année précédente pour atteindre 7,889 milliards en 2015. Aussi bien le nombre d’emplois (+1,7%) que la durée annuelle effective de travail par emploi (+0,5%) ont augmenté. La progression de cette dernière est occasionnée par une augmentation du nombre moyen de semaines normales d’occupation par emploi de +0,9%, soit de 45,7 à 46,1 semaines (en 2015 les jours fériés ont davantage coïncidés avec les week-ends) qui a plus que compensé la diminution de la durée hebdomadaire effective de travail par emploi (-0,3%).

Le volume de travail des activités à temps partiel progresse

En 2015, les emplois à temps partiel ont totalisé un nombre total d’heures de travail nettement plus élevé qu’en 2014 (+4,0%), en raison d’une augmentation du nombre d’emplois (+2,6%) et d’une progression de la durée annuelle effective par emploi (+1,4%). On notait dans le même temps une augmentation moins importante dans les emplois à plein temps (volume de travail : +1,8% ; nombre d’emplois : +1,2% ; durée annuelle effective de travail par emploi : +0,6%).

Très légère baisse de la durée effective de travail des salariés à plein temps

Entre 2011 et 2015, la durée hebdomadaire effective de travail des salariés à plein temps (sans les salariés propriétaires de leur entreprise) s’est contractée de 7 minutes à 41 heures et 17 minutes en 2015, alors que le nombre de semaines de vacances a poursuivi sa progression régulière, passant de 5,07 à 5,15 semaines par année, soit un gain de 0,4 jour. Les salariés âgés de 20 à 49 ans disposent de 4,94 semaines de vacances, contre 5,35 semaines pour les 15-19 ans et 5,61 semaines pour les 50-64 ans.

Plus de 44 heures hebdomadaires dans le secteur primaire

Ce sont les salariés à plein temps du secteur primaire qui ont accompli la charge de travail la plus élevée par semaine (durée effective de 44 heures et 48 minutes en 2015). Suivent, dans l’ordre, les branches « Hébergement et restauration » (42 heures et 17 minutes), « Activités financières et d’assurances » (41 heures et 57 minutes), et « Autres activités de services » (41 heures et 34 minutes).

Plus d’absences que d’heures supplémentaires

D’une manière générale, chez les salariés à plein temps, les heures supplémentaires (taux 2015 : 2,3%) sont moins élevées que les heures d’absences (taux 2015 : 3,8%). Les seules exceptions sont observées dans les branches « Information et communication » et « Activités financières et d’assurances ». Ces deux branches enregistrent un taux d’absences (respectivement 2,7% et 3,6%) inférieur au taux des heures supplémentaires (3,3% et 4,0%).

Taux d’absences pour raison de santé

Les absences pour raison de santé (maladie ou accident) ont représenté la part la plus importante (77%) du volume annuel d’absences des salariés, suivies des absences liées au congé maternité (9%) et de celles pour raison des services militaire ou civil (8%). Le taux d’absences pour raison de santé (maladie ou accident) des salariés à plein temps s’est élevée à 2,9% en 2015. Le taux le plus faible (2,1%) a été constaté dans la branche « Information et communication », celui le plus élevé dans la branche « Santé humaine et action sociale » (3,7%).

Auteur : Office fédéral de la statistique (OFS)

Date de publication : 23/05/2016

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re