Evénements

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

Hausse du nombre de frontaliers un peu ralentie en 2014

Le nombre de frontaliers de nationalité étrangère travaillant en Suisse a progressé de 8600 personnes (+3,1%) durant l'année 2014. Un peu plus de la moitié de la main-d'œuvre frontalière est domiciliée en France (52,4%), environ un quart réside en Italie (23,7%) et un cinquième en Allemagne (20,4%). La part des frontaliers dans l'ensemble des actifs occupés est la plus élevée au Tessin (26,2%). C’est ce qui ressort des résultats de la statistique des frontaliers, réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS)…

A la fin de l’année 2014, 287 100 frontaliers de nationalité étrangère travaillaient en Suisse, dont 64,2% d'hommes et 35,8% de femmes. Leur nombre total s'est accru de 8 600 personnes ou de 3,1% entre fin 2013 et fin 2014. Cette croissance annuelle est moins élevée que celle de 2013 (+3,8%) et elle est la plus faible des cinq dernières années.    
En cinq ans, le nombre des frontaliers est passé de 221 600 en 2009 à 287 100 en 2014, en hausse de 29,6%. Cette progression a atteint un niveau comparable chez les hommes (+29,9%) et chez les femmes (+29,0%). Durant la même période, le nombre total des actifs occupés (selon la statistique de la population active occupée) est passé de 4,559 millions à 5,008 millions, soit une augmentation de 9,9%.

Hausse plus ou moins marquée selon les groupes de professions 

L’augmentation du nombre de frontaliers est variable selon les groupes de professions: sur une période de 5 ans, les hausses enregistrées dans les groupes de professions « employés de type administratif » (+72,6%), « professions élémentaires » (+45,4%) et « directeurs, cadres de direction et gérants » (+37,3%) sont nettement supérieures à la progression de 29,6% du total des frontaliers.

Parmi les actifs occupés qui ne sont pas frontaliers, le nombre de personnes exerçant une profession de directeur, de cadre de direction ou de gérant a aussi augmenté dans des proportions supérieures à la moyenne (+32,1%). Le nombre d'actifs occupés a par contre enregistré une progression inférieure à la moyenne (+9,9%) en l'espace de cinq ans dans les catégories « employés de type administratif » (+2,4%) et « professions élémentaires » (+0,2%).     

Les frontaliers (18,3% d'entre eux) exercent nettement plus souvent une profession élémentaire que le reste de la population active occupée (3,8%). De manière générale, la main-d'œuvre frontalière tend à travailler dans des professions moins qualifiées. Elle est en revanche nettement sous-représentée dans les professions intellectuelles et scientifiques (11,7% des frontaliers exercent une profession de ce groupe, contre 25,1% des autres actifs occupés).     

Quatre cinquièmes des frontaliers travaillent dans trois grandes régions  

Quelque quatre cinquièmes de la main-d'œuvre frontalière est concentrée dans trois grandes régions: environ un tiers dans la Région lémanique (34,8%), un quart dans la Suisse du Nord-Ouest (23,4%) et un cinquième au Tessin (21,5%). Si le nombre absolu de frontaliers est le plus élevé dans la Région lémanique (99 900), la situation diffère lorsque l'on considère leur part dans la population active occupée. Dans la Région lémanique (10,7%) comme dans la Suisse du Nord-Ouest (9,7%), un actif occupé sur dix est un frontalier. Cette proportion est en revanche bien plus élevée au Tessin, où la main-d’œuvre frontalière représente 26,2% des actifs occupés. Au cours des cinq dernières années, elle a progressé le plus fortement au Tessin et dans la Région lémanique (respectivement +3,4 points et +1,8 point).  

Importance croissante du tertiaire  
  

La majorité des frontaliers (61,9%) travaillaient au 4e trimestre 2014 dans le secteur des services. L'industrie en comptait 37,4% et l'agriculture seulement 0,7%. La part des actifs occupés (selon la statistique de la population active occupée au 4e trimestre 2014) atteint 3,6% dans l'agriculture, 22,1% dans l'industrie et 74,2% dans le secteur des services. Les frontaliers exercent donc plus souvent leur activité dans le secteur secondaire que la moyenne des actifs occupés même si, en cinq ans, on observe une légère progression du nombre des frontaliers dans le tertiaire (de 58,3% à 61,9%), au détriment de l'industrie (recul de 41,0% à 37,4%).  

Plus de la moitié de main-d’œuvre frontalière vient de France        

Un peu plus de la moitié de la main-d’œuvre frontalière est domiciliée en France (52,4%). Les frontaliers sont aussi relativement nombreux à résider en Italie (23,7%) et en Allemagne (20,4%). Une faible proportion vit en Autriche (2,9%) ou dans d'autres Etats (0,6%).

Auteur : OFS (Office Fédéral de la Statistique)

Date de publication : 23/03/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re