Evénements

  • Conférence Lamine Brahimi sur digitalisation

    INVITATION *La Chambre de Commerce Suisse en Francea le plaisir de vous convier à une conférence sur le thème : Digitalisation : quels impacts...

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

La Suisse aura besoin de 87 000 postes de spécialistes IT d’ici à 2022

Les informaticiens en Suisse ont de beaux jours devant eux : une étude récente de l’association faîtière suisse des associations et des entreprises fournissant et utilisant les technologies de l’information et de la communication (ICT Switzerland) estime que les entreprises suisses auront besoin, d’ici à 2022, de 87 000 spécialistes IT…

… Les informaticiens et spécialistes IT devraient donc encore avoir pendant plusieurs années encore de belles opportunités d’emploi en Suisse. Attention toutefois, tous les profils d’informaticiens et spécialistes IT ne sont pas recherchés de la même manière. Explications.

Une croissance du nombre d’employés de l’IT en Suisse quatre fois plus forte que la moyenne

Depuis 2011, le nombre d’employé du secteur de l’IT a augmenté de 12%, ce qui représente une augmentation de 21 000 emplois. Aujourd’hui, la branche emploie 197’600 personnes en Suisse. Depuis le début des années 1990, ce nombre a augmenté 4 fois plus que la moyenne en Suisse, tous métiers et secteurs confondus. S’il était encore besoin de l’écrire, ce secteur est porteur et propose des perspectives d’emploi en Suisse très intéressantes.

Parmi les personnes exerçant un métier dans l’IT, 66% travaillent pour des entreprises de tous secteurs (et ayant donc besoin d’employés spécialisés en informatique) et 33% travaillent pour le secteur de l’IT lui-même (comme par exemple IBM ou les SSII en Suisse).

De gros besoins dans le développement de software

SwissICT a procédé à des estimations de besoins et les résultats sont très clairs : en tenant compte des effectifs de formation en Suisse, de la migration, des départs à la retraite et de la croissance économique du pays, les entreprises suisses auront besoin, à l’horizon 2022, de recruter 87 000 nouveaux informaticiens et spécialistes IT. Le plus gros besoin des entreprises est (et sera) dans le développement de software. Des besoins de profils cadre sont également prévus par les entreprises.

Cela représente au total une moyenne d’environ 10 800 nouveaux spécialistes IT à recruter chaque année pendant 8 ans.

De nombreux étrangers travaillent dans l’IT en Suisse

L’immigration dans les milieux de l’IT est de 12%, alors qu’il n’est que de 7% en moyenne dans les autres secteurs en Suisse. Si on conserve la progression sur les données actuelles, l’étude estime que grâce à l’immigration, la Suisse ne manquera « que » de 14 000 spécialistes IT. Si la mise en place de la loi sur la limitation de l’immigration votée en février 2014 par le peuple suisse est effective, l’étude estime que, par exemple, pour une limitation de l’immigration à 40 000 personnes par an, le manque de spécialistes IT ferait plus que doubler et serait de 30 000 personnes.

Concernant la formation en Suisse, qui est une piste pour contrer la pénurie, elle est en augmentation mais compte tenu des cycles d’apprentissage relativement longs, elle ne pourra pas combler le manque de spécialistes IT et informaticiens. On estime par ailleurs que la moitié des futurs spécialistes IT en formation seront au bénéficie d’un diplôme d’enseignement long, ce qui retardera d’autant leur entrée sur le marché du travail suisse.

En clair, la branche IT continuera d’avoir besoin de l’immigration pour soutenir ses besoins en personnel. Cette branche se rajouter à la liste des grandes entreprises et secteurs ayant les mêmes besoins.

Les risques d’une pénurie de spécialistes IT en Suisse

L’étude évalue les risques d’une pénurie de la manière suivante : en cas de pénurie, les entreprises devront recruter des professionnels ayant suivi une formation qui n’est pas en relation avec l’IT, avec les risques en termes de qualifications et d’investissement temps que cela représente. Les entreprises seraient également amenées à délocaliser à l’étranger les tâches informatiques et IT. Dans tous les cas, l’étude précise bien que les entreprises suisses devraient « renoncer à exploiter des opportunités de croissance. Ceci est absolument contraire aux intérêts de la Suisse ». Le message est plus que clair.

Auteur : Travailler-en-Suisse.ch

Date de publication : 14/09/2014

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re