Evénements

  • Conférence Lamine Brahimi sur digitalisation

    INVITATION *La Chambre de Commerce Suisse en Francea le plaisir de vous convier à une conférence sur le thème : Digitalisation : quels impacts...

    Lire la suite...

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

1er semestre 2015 : le commerce extérieur suisse fait marche arrière

Durant le premier semestre 2015, les exportations (-2,6%) et les importations (-7,4%) ont évolué en dessous de leur niveau de l'an dernier. Sous l'effet du franc fort, les prix se sont contractés, en particulier pour les biens importés…

…En termes réels, les ventes ont légèrement marqué le pas (-0,8%) tandis que les achats progressaient timidement (+0,5%). Le solde de la balance commerciale culmine à 17,7 milliards de francs.

Exportations de la chimie-pharmacie : recul à un haut niveau

Durant les six premiers mois de 2015, les exportations ont cédé 2,6% (réel : -0,8%) pour s'établir à 100,1 milliards de francs. Dans le contexte du franc fort, les prix des biens exportés se sont réduits de 1,8%. Une nette majorité des branches ont fait face à des prix en baisse et à des ventes en berne. Elles ont évolué dans une fourchette de -13% (industrie du papier et des arts graphiques) à +15% (bijouterie et joaillerie). Dans cette dernière, l'évolution s'explique majoritairement par les changements d'assortiment.

Les ventes de l’industrie des matières plastiques se sont contractées de 9% contre 5% pour l’industrie des machines et de l’électronique (-849 millions de francs). Dans cette dernière, les machines motrices ont chuté de 25% pendant que les appareils utilisant la technique du chaud et du froid, les machines textiles ainsi que les pompes et compresseurs se dégonflaient d'environ 11%. Le poids lourd de l'export, la chimie-pharmacie, a perdu 4%, imité par la métallurgie et l’industrie des denrées alimentaires, boissons et tabacs. Ici, tous les secteurs ont accusé un revers, à l'exception des boissons (+2%). Au sein de la chimie-pharmacie, les principes actifs (-20% ou -1,4 milliard) ont plombé à eux seuls le résultat.

L'industrie des textiles, habillement et chaussures s'est inscrite en léger recul (-1%). A l'inverse, l'horlogerie et les instruments de précision ont dépassé de peu leur niveau de l'an dernier.

Exportations : 2,9 milliards de francs en moins vers nos pays voisins

Le chaud et le froid ont soufflé sur les principaux marchés d'exportation : si l’Amérique du Nord et l’Asie ont gagné 5 respectivement 3% (USA : +6% ; avant tout instruments de précision et machines), l’Europe (part : 57%) a affiché un recul de 6%. Dans cette dernière, les sorties ont plongé de 14% vers l'Autriche pendant qu'elles reculaient de 6 à 10% vers les grandes économies comme les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne (-1,4 milliard de francs) et la France. Le marché russe a également souffert (-23%). A l'inverse, le Royaume-Uni a progressé de 10% (produits pharmaceutiques). L’Afrique a perdu 15% contre seulement 1% pour l’Amérique latine (Mexique : -25% ; Brésil : +9%). Pour sa part, le continent asiatique a revêtu un visage à plusieurs facettes. Le Qatar (+98%) et l'Arabie saoudite (+34%) ont bondi, dopés par les avions et la bijouterie. La Corée du Sud n'a pas été en reste avec +13% tandis que la Chine augmentait de 2%. A l'opposé, Hong Kong a essuyé un revers de 17% (montres et bijouterie).

Les voitures de tourisme en mode turbo : +9% de véhicules importés

Au premier semestre 2015, les importations ont régressé de 7,4% à 82,5 milliards de francs. Les prix ont subi une forte pression (-7,8%). En termes réels, elles ont toutefois légèrement augmenté (+0,5%). L'évolution des quatre groupes principaux s'est inscrite entre -4 (biens d'équipement) et -26% (produits énergétiques). Dans ces derniers, les prix ont chuté de 30% (réel : +6%).
Les entrées de matières premières et demi-produits se sont repliées de 9% (réel : -2%), en particulier les demi-produits en papier (-14%), en matière plastique (-11%) et chimiques (-11%). Par ailleurs, ceux en métal ont fondu de 9% (-378 millions de francs). Avec +3%, les demi-produits pour la production de denrées alimentaires sont sortis du lot.
Les biens de consommation se sont réduits de 6% en termes nominaux pour stagner en termes réels. La contraction de la demande dans le principal secteur - les médicaments - a pesé lourd dans la balance (-14% ; -2,3 milliards). Avec -13 respectivement -12%, l'électronique de divertissement et les imprimés ont également dévissé. A l'inverse, le compteur des voitures de tourisme a indiqué +3% (unités: +9%) contre +17% (+657 millions) pour celui de la bijouterie et joaillerie.
Les biens d’équipement (-4% ; réel : +3%) ont connu une évolution très hétérogène. La contraction dans les matériaux de construction et de génie civil (-11%) ainsi que dans les machines et engins de travail (-9%) a contrasté avec la progression des installations et appareils de transmission (+5%) ainsi que le doublement dans l'aéronautique (+357 millions).

Croissance à deux chiffres pour les USA, recul d'autant pour l'UE

A côté de l'Océanie, seule l'Amérique du Nord a progressé à l'importation, sous l'impulsion des USA en hausse de 15% (produits pharma). Les entrées en provenance d’Afrique ont chuté de deux cinquièmes (Libye : -82%). L'Europe a affiché -9% (UE : -10%), marquée par les plongeons autrichien et belge (-22 resp. -20%). En recul d'un dixième, l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni n'ont pas été à la fête non plus. Les envois asiatiques ont perdu 3%. Ici, la débandade du Kazakhstan (-89% ou -544 millions de francs ; pétrole) ainsi que les baisses de Hong Kong (-15%) et du Japon (-8%) entre autres ont plombé le résultat. Pendant que la Chine progressait timidement et Singapour gonflait de 17%, les Emirats arabes unis ont bondi de moitié (bijouterie : envois en retour). Les importations en provenance d'Amérique latine ont stagné sur une année (Mexique : -9% et Brésil : +3%).

Survol conjoncturel

En termes désaisonnalisés et comparées au trimestre précédent, les exportations nominales ont enregistré une baisse marquée au 2ème trimestre (-2,4%). Elles voient ainsi le fruit de six trimestres de croissance annihilé. En termes réels, cette évolution est toutefois quelque peu à relativiser. Les importations ont encaissé un troisième recul consécutif (-5,8% ; réel : -3,7%) et non des moindres. Aussi, la tendance négative s'est renforcée de trimestre en trimestre.

Juin 2015 : la croissance des exportations est un leurre, la faute aux jours ouvrables

Avec un différentiel positif de deux jours ouvrables, les exportations de juin 2015 ont grimpé de 5,9% (réel : +8,8%) à 17,9 milliards de francs. Les importations ont lâché 7,7% (réel : +3,1%) pour se fixer à 14,3 milliards de francs. Après correction des jours ouvrables, les premières ont affiché -3,0% (réel : -0,3%) et les secondes un imposant -15,4% (réel : -5,5%). Au niveau des régions, les ventes ont fait preuve de dynamisme vers l'Amérique du Nord et l'Amérique latine. Pendant que les biens exportés voyaient leurs prix reculer de 2,7%, ceux des biens importés ont fondu de 10,5%. La balance commerciale boucle avec un excédent de 3,6 milliards de francs.

Auteur : Administration fédérale des douanes

Date de publication : 21/07/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re