Evénements

  • Assemblée générale du 28 Juin 2018

    Assemblée générale statutaire de la CCSF

    Lire la suite...

  • Conférence du 22 novembre à Lyon

    « Stratégie d'entreprise : l'innovation participative »

    Lire la suite...

Actualités France Suisse

Commerce extérieur suisse d'avril 2015 : ralentissement à grande échelle

Le commerce extérieur suisse a évolué de façon négative en avril 2015. Tant les exportations (-5%) que les importations (-8%) ont reculé. Les prix ont fortement baissé, à l'entrée comme à la sortie, principalement en raison du franc fort. Par conséquent, trois quarts des branches exportatrices ont accusé un repli de leurs ventes. La balance commerciale boucle avec un excédent de 2,9 milliards de francs…

Le pilier de l'export subit la plus forte baisse

En avril 2015, les exportations helvétiques ont reculé de 5,1% (réel : -1,3%) à 16,3 milliards de francs, quand bien même les prix ont fondu de 3,8%. Seules 3 des 10 principales branches exportatrices ont vu leur chiffre d'affaires progresser. La plus forte contraction a, une fois n'est pas coutume, touché le pilier de l'exportation, la chimie-pharmacie (-13% ou -927 millions de francs).

Le repli de la chimie-pharmacie s'explique en grande partie par le revers des principes actifs (-35%) et des médicaments (-17%). L’industrie des matières plastiques a également subi une baisse à deux chiffres (-11%). Les chiffres d'affaires de l’industrie des denrées alimentaires, boissons et tabacs (café : -14%) ainsi que de l’industrie du papier et des arts graphiques se sont dégradés de respectivement 8 et 7%. L’industrie métallurgique a perdu 4% contre 2% pour le numéro deux de l'export, l’industrie des machines et de l’électronique. Dans cette dernière, l'évolution s'est échelonnée entre -32% (machines textiles) et +20% (machines-outils). Les ventes de l'horlogerie se sont légèrement effritées (-1%) ; en termes réel, elles ont toutefois timidement progressé. L’industrie des textiles, habillement et chaussures (+3%) et les instruments de précision (+1%) ont eu le sourire. En hausse d'un tiers, la bijouterie et joaillerie a pour sa part contrasté avec les autres branches.

Chute de la demande des pays voisins

Les exportations par continent ont connu diverses fortunes. L'Afrique a le plus souffert (-31%). Plus loin, l'Amérique du Nord (USA : -5%) et l’Europe (UE : -8%) ont plié de respectivement 4 et 8%. La baisse de l'Europe résulte en particulier de nos pays voisins : Autriche (-35% ; pharma), Italie (-17%), Allemagne (-13%) et France (-4%). A l'inverse, les ventes ont gonflé de deux tiers vers l'Irlande et de deux cinquièmes vers la Hongrie. L’Asie (+4%) et l'Amérique latine (+5%) ont par contre gagné du terrain. La hausse de cette dernière a uniquement reposé sur le Mexique (+45%). La croissance asiatique a principalement pris pied en Chine (+22%) ; à relever toutefois, la déconvenue de Hong Kong (-29% ; bijouterie), du Japon (-13%) ainsi que des Emirats arabes unis (-6%).

Importations : les prix plongent, particulièrement dans les produits énergétiques

Les importations se sont contractées de 8,1% (-1,2 milliard de francs) à 13,4 milliards de francs. Leurs prix ont fondu de 7,4% générant un recul limité en termes réels (-0,7%). La demande s'est amenuisée dans tous les groupes principaux ; une forte détérioration (effet prix) a frappé les produits énergétiques (-19% ; réel : +23%) ainsi que les matières premières et demi-produits (-13%).

La déconvenue des matières premières et demi-produits (-461 millions de francs) s'explique avant tout par le plongeon d'un cinquième des demi-produits chimiques, le secteur phare du groupe. Les demi-produits en matière plastique et ceux en métal ont également régressé (-16 resp.-10%). Les importations de biens de consommation ont plié de 6,4% ou 429 millions de francs. A quelques exceptions près – voitures de tourisme notamment (+6%) – tous les sous-groupes d'importance ont fait marche arrière. Les denrées alimentaires, boissons et tabacs (-12%), la bijouterie et joaillerie (-8% ; réel : +21%) ainsi que les médicaments (-7%), entre autres, ont pesé sur le résultat du groupe. Les signes négatifs ont également prédominé dans les biens d’équipement (-3,8%). Une baisse à deux chiffres a même touché les matériaux de constructions et de génie civil (-16%), les machines pour la production (-11%) ainsi que les machines et engins de travail (-10%). A l'inverse, les importations de l'aéronautique ont bondi de 99 millions pour s'établir à 117 millions de francs. Importations : +16% pour l'Amérique du Nord et -10% pour l'UE Hormis l'Amérique du Nord (+16%), les importations en provenance de tous les continents ont courbé l'échine. L'Afrique a constitué le maillon faible avec une dégradation d'un quart, qui résulte en grande partie de l'effondrement des arrivages de brut libyen. L'Amérique latine (-17%; Mexique : -43%) et l'Europe (-10% ; UE : - 10%) ont également broyé du noir. Sur le Vieux-Continent, la France, l'Allemagne (-0,5 milliard de francs) et l'Italie ont flanché entre 10 et 13%. Les importations d'Autriche ont même fondu d'un cinquième alors que celles d'Irlande gonflaient d'un quart. Le repli asiatique (-8%) s'explique notamment par le revers de 9 à 12% subi par la Chine, Hong Kong et le Japon. Les envois de Singapour ont en revanche plus que doublé (pharma).

Survol conjoncturel

Pour le troisième mois consécutif, les exportations désaisonnalisées (comparaison avec le mois précédent) ont fléchi. En avril, elles ont régressé de 1,1% en termes nominaux et stagné en termes réels. Elles corroborent ainsi la tendance vers le bas enregistrée depuis octobre 2014. Les importations ont subi une baisse nominale de 3,5% (réel : -3,0%), leur troisième revers depuis le début de l'année. Ici également, la tendance se révèle négative – depuis août 2014.

Auteur : Administration Fédérale des Douanes

Date de publication : 28/05/2015

Partager...

Submit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nos partenaires

Novartis


Rolex


Crédit Suisse


Swiss Re